Les questions de mises à jour et de sécurité entravent l’extensibilité des systèmes connectés IoT

idée bulle ampoule

Les consommateurs ne sont pas les seuls à être excités par l’innovation des objets connectés. De nombreuses entreprises ont déjà commencé leur migration vers l’Internet des Objets, cherchant des solutions pour automatiser et optimiser des opérations quotidiennes à travers un suivi en temps réel. Et cela comprend un accès illimité à des données utilisateurs exploitables pour ajouter de la valeur à leurs produits et services.

L’implémentation IoT (Internet des Objets) a profondément modifié les modèles économiques, mais les entreprises semblent oublier que, afin d’améliorer les performances, elles ont besoin d’une infrastructure solide et complexe qui peut s’adapter aux technologies révolutionnaires. Et c’est là que la sécurité devient capitale.

Mais selon une récente étude de Gemalto, les entreprises sont vraiment mauvaises pour détecter les fuites de données IoT. Les entreprises ayant le plus de défauts de sécurité IoT sont en Australie, où seulement 37% déclarent avoir les moyens de détecter ce type de vulnérabilité. Les pays sont plus préparés sont l’Inde (67%), le Brésil (65%), l’Allemagne (54%), les Etats-Unis (52%) et le Royaume-Uni (42%), conclue Gemalto.

Les entreprises en Australie ont donc beaucoup de difficultés avec leur transition vers l’IoT. L’institut de recherche IDC affirme que, alors que 46.5% des entreprises ont concentré leurs efforts sur l’exploitation de systèmes IoT, elles doivent désormais lutter pour passer à la vitesse supérieure en raison de défauts de sécurité, d’intégration des données et d’infrastructure.

“Les entreprises se rendent compte que leurs idées-concepts soulèvent des problèmes plus larges en terme de sécurité et d’infrastructure qui doivent être réglés si elles souhaitent déployer des systèmes IoT à échelle commerciale,” déclare Monica Collier, directrice de recherche pour l’Australie et la Nouvelle-Zélande chez IDC.

“Beaucoup d’entreprises australiennes ont dit à IDC vouloir que les vendeurs IoT améliorent leurs offres d’analyse et de visualisation des données, de façon à ce que les systèmes aient une plus grande valeur dès leur mise en route. Cependant, les entreprises doivent être réalistes et ne pas viser trop haut quand elles déploient pour la première fois de nouveaux systèmes. Lever des données pour se rapprocher de leurs clients et créer de nouveaux modèles économiques est, certes, ce qui excite vraiment les gens autour des objets connectés Iot, mais pour commencer, l’analyse de données est d’abord là pour l’efficacité opérationnelle et les gains de productivité.”

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs requis disposent d'un *