L’impact du harcèlement en ligne sur la santé et le bien-être des enfants

L'impact du harcèlement en ligne sur la santé et le bien-être des enfants

Des réseaux sociaux aux jeux en ligne, les enfants ont de plus en plus de possibilités d’interagir virtuellement. Malheureusement, toutes les interactions ne sont pas positives et un banal conflit peut parfois dégénérer en véritable harcèlement.

Selon une étude de Bitdefender («Adolescents et menaces en ligne», décembre 2017), 3 adolescents américains sur 10 déclarent avoir été victimes d’intimidation ou agressés en ligne au moins une fois, et la moitié ont des amis qui ont été victimes de harcèlement en ligne. Ce sont les adolescents de 13 à 16 ans qui en souffrent le plus.

Selon une enquête menée auprès d’étudiants américains, les commentaires méchants sont la forme de harcèlement en ligne la plus courante (22,5%), suivis par les rumeurs (20,1%) et les propos sexuels (12,1%).

Parmi les autres on trouve les menaces, les dénominations péjoratives et les termes agressifs, l’utilisation malveillante de photos de la victime, le piratage de profil.

Effets sur la victime

Le harcèlement dans le cyberespace semble plus persistant que l’intimidation en personne. La victime peut avoir l’impression que c’est une activité permanente : même les enfants savent qu’une fois qu’une chose est mise en ligne, elle ne disparaît jamais vraiment. Deuxièmement, cela se propage vers des destinations inconnues et la victime peut penser que le monde entier est au courant.

Les psychologues disent que la réaction de chaque personne au harcèlement en ligne est unique, mais des recherches ont montré des tendances générales : peur, anxiété, manque d’estime de soi et dépression.

Un sondage mené auprès de 5 400 adolescents américains tire la sonnette d’alarme : 64% des victimes de harcèlement en ligne déclarent que cela “affecte réellement leur capacité à apprendre et à se sentir en sécurité à l’école“.

Vulnérabilité et solitude. La cyberintimidation peut amener les enfants à se sentir ostracisés et isolés, sans aucun endroit où se sentir en sécurité. Les amis et la famille peuvent apporter réconfort et soutien, mais si l’enfant choisit de ne pas s’ouvrir, il reste seul dans cette bataille.

Problèmes de santé. Les victimes souffrent de maux d’estomac, de maux de tête, d’un manque d’appétit, de troubles du sommeil et d’autres problèmes physiques.

Dépression. Certains enfants développent une dépression et des idées suicidaires en réponse au harcèlement persistant.

Effets sur le harceleur

La cyberintimidation a également des effets graves sur l’intimidateur. Les parents doivent savoir que leur enfant peut être un harceleur et si tel est le cas, ils doivent trouver pourquoi, et fournir une solution et un soutien. Sans aide, les agresseurs sont sujets à de mauvais résultats scolaires, à un comportement antisocial et à la toxicomanie, et ont moins de chances d’être employés à l’âge adulte.

Une étude menée par un groupe de scientifiques en Norvège a montré que tous les groupes impliqués dans l’intimidation à l’adolescence, à la fois les intimidateurs et les victimes, ont eu des problèmes de santé plus tard dans la vie. Les victimes ont présenté des symptômes dépressifs à l’âge adulte et les deux groupes présentaient un risque accru de troubles mentaux.

Il est impératif que les écoles, les familles et les communautés travaillent ensemble pour comprendre et combattre le harcèlement en ligne. Il existe de nombreuses ressources en ligne et associations qui peuvent aider, et des outils technologiques peuvent également être utilisés pour réduire et, espérons-le, éliminer le harcèlement – par exemple, une véritable application de contrôle parental peut alerter les parents afin de pouvoir intervenir à temps.

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs requis disposent d'un *