Ce que les parents doivent savoir à propos d’Instagram

People Obsessed With Their Smartphones

De quoi s’agit-il ?

Instagram est une application populaire de partage de photos qui permet aux utilisateurs d’appliquer des filtres sympas à des photos et à des vidéos, de leur associer des mots-dièses (hashtags) et de les partager sur leur compte ainsi que sur d’autres réseaux sociaux. Les autres utilisateurs d’Instagram peuvent voir les photos et les commenter.

Instagram compte un milliard d’utilisateurs actifs par mois et 500 millions d’utilisateurs quotidiens. Chaque jour, plus de 100 millions de photos et vidéos sont téléchargées sur l’application et 4,2 milliards de mentions « J’aime » sont attribuées.

Les publications amusantes et les publications localisées bénéficient d’un taux d’engagement 79 % supérieur aux autres, tandis que les photos comportant des visages obtiennent 38 % de « J’aime » en plus.

Les hashtags les plus populaires sur Instagram sont #Love, #Instagood, #Me, #Cute et #Follow.

L’application Instagram convient-elle aux enfants ?

Si vous avez un ado ou un préado, il utilise déjà probablement Instagram.

D’après l’enquête Teens and online Threats menée par Bitdefender en décembre 2017, 81 % des adolescents américains utilisent Instagram, et 58 % d’entre eux le font quotidiennement.

La principale fonction d’Instagram (le partage de photos et de vidéos) permet aux gens de juger l’apparence et le style d’une personne. Le niveau est élevé et les commentaires instantanés. Que ces derniers soient flatteurs ou négatifs, la plateforme Instagram peut être source d’anxiété : quête incessante de ce qui fera la photo parfaite, recherche d’une validation par la communauté, confrontation aux critiques publiques ou à la désapprobation.

Instagram est l’application la plus pointée du doigt en matière de harcèlement chez les enfants : 40 % d’entre eux affirment avoir été harcelés sur Instagram, et ce phénomène touche davantage les filles (49 %) que les garçons (27 %).

Quelque 57 % des personnes interrogées pour l’enquête Bitdefender ont cité l’apparence comme le principal motif de harcèlement. Les commentaires peuvent être réellement blessants, conduisant les adolescents à se sentir : différents/peu sûrs d’eux (45 %), tristes (45 %), déprimés (40 %) et bizarres/anormaux (35 %).

Pour faire face à la pression que représente le fait de devoir être sans cesse à la hauteur des critères de la communauté Instagram, certains adolescents créent des comptes alternatifs appelés Finstagram ou Finsta (Fake + Instagram). Sur ces comptes, ils partagent des versions plus authentiques d’eux-mêmes avec un petit cercle fermé d’amis de confiance (10-15 abonnés) sans pour autant « nuire » à l’image parfaite qu’ils renvoient sur leur vrai compte Instagram, aussi appelé Rinstagram ou Rinsta (Real + Instagram).

Comment protéger les enfants sur Instagram ?

Avec son côté ludique, Instagram peut stimuler la créativité des enfants en leur faisant manipuler des photos et des vidéos, mais l’application peut également les conduire à s’inventer une vie parfaite (et donc à souffrir de leur situation réelle). Si vos enfants utilisent Instagram, veillez à ce qu’ils sachent faire la différence et à ce qu’ils publient des commentaires respectueux, et aidez-les à gérer les réactions haineuses.

Voici comment vous pouvez les aider :

Privatisez le compte Instagram de vos enfants, afin qu’il ne puisse être vu qu’avec l’autorisation du détenteur du compte.

N’utilisez pas la fonction « Localisation », pour éviter que des inconnus ne sachent où se trouvent vos enfants.

Contrôlez l’activité de vos enfants sur cette application. Cela risque de ne pas leur plaire, mais il peut être judicieux d’effectuer quelques contrôles de sécurité et d’aborder diverses préoccupations avec vos enfants, notamment parce que vous ne pouvez ni contrôler, ni filtrer, les contenus partagés par les autres.

Bloquez les abonnés que vous ne connaissez pas ou qui harcèlent vos enfants. Malheureusement, Instagram n’offre aucun moyen de protéger les utilisateurs contre la réception de messages anonymes.

Signalez les comportements, images, vidéos et commentaires inappropriés.

Interrogez vos enfants sur leurs comptes Finsta et parlez-en avec eux. Même si ces comptes sont privés, les enfants doivent être conscients de ce qu’ils publient en ligne et de qui ils acceptent dans leurs cercles restreints d’abonnés. Le risque est que quelqu’un fasse des captures d’écran de publications sur leurs Finsta et les partage sur Internet pour les rendre publiques.

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs requis disposent d'un *