Google utilise des analystes humains pour écouter les enregistrements de son assistant Home

Une enquête sur les pratiques de Google en matière de stockage et d’analyse des fichiers audio enregistrés via les assistants Google Home a révélé que le géant technologique emploie des personnes pour écouter systématiquement les enregistrements dans le but d’améliorer la technologie.

Un reportage du média belge VRT NWS intitulé “Les employés de Google vous écoutent, même dans votre salon” a eu l’effet d’un coup de tonnerre sur Internet. Même si Google prétend ne pas espionner vos conversations, il le fait, même de façon limitée, pour améliorer ses algorithmes.

“Les employés de Google écoutent systématiquement les fichiers audio enregistrés par l’assistant vocal connecté Google Home et l’application mobile Google Assistant”, selon le rapport de VRT NWS. “Partout dans le monde, Belgique et Pays-Bas compris, les employés de Google écoutent ces fichiers audio pour améliorer le moteur de recherche. VRT NWS a pu écouter plus d’un millier d’enregistrements. La plupart de ces enregistrements ont été faits consciemment, mais Google écoute également des conversations qui n’auraient jamais dû être enregistrées, certaines contenant des informations sensibles.”

La publication a rencontré diverses personnes impliquées dans le projet Google Home pour apprendre comment fonctionne la technologie. Les sources ont demandé à rester anonymes, mais ont révélé le détail de ces enregistrements :

«La reconnaissance vocale génère automatiquement un script des enregistrements. Les employés doivent ensuite revérifier l’extrait le plus précisément possible : est-ce une voix de femme, d’homme ou d’enfant ? Que disent-ils ? Ils notent tout, jusqu’à chaque bruit de bouche, toux ou pause audible. Ces descriptions améliorent constamment les moteurs de recherche de Google, ce qui entraîne de meilleures réactions aux commandes vocales, explique une de nos sources.”

Le média belge a pu accéder à un certain nombre d’enregistrements et obtenir des détails tels que des noms, des adresses et d’autres types d’informations personnelles qu’il a pu ensuite utiliser pour rechercher des personnes sur les réseaux sociaux et les identifier individuellement. Contactées par la publication, certaines personnes ont accepté d’écouter les enregistrements et de confirmer qu’il s’agissait bien d’eux.

En soulevant de graves problèmes éthiques, un fournisseur de Google a révélé qu’il avait déjà écouté un enregistrement dont le contenu portait clairement sur la violence domestique.

“L’une de nos trois sources indépendantes a déclaré qu’elle avait dû décrire un enregistrement dans lequel on entendait une femme en détresse absolue”, indique le reportage. “Qu’est-ce que les employés sont supposés faire d’une telle information ? On nous dit qu’il n’existe pas de directives claires concernant de tels cas […]. Les employés ne reçoivent que des instructions spécifiques concernant les numéros de compte et les mots de passe, marquées comme des informations sensibles.”

Les trois principaux vendeurs d’assistants personnels – Google, Amazon et Apple – ont récemment été sous le feu des critiques pour leur façon de stocker et d’utiliser les données et les enregistrements personnels.

Dans un article de blog probablement en réaction au reportage de VRT NWS, Google admet avoir récemment appris que l’un de ses réviseurs linguistiques avait violé les règles de sécurité des données de l’entreprise en divulguant des données audio néerlandaises confidentielles.

“Nos équipes de sécurité et de protection de la vie privée ont été informées de ce problème, elles enquêtent et nous prendrons des mesures”, a déclaré Google. “Nous procédons actuellement à un examen complet de nos garanties dans ce domaine afin d’éviter que de tels comportements répréhensibles ne se reproduisent à nouveau.”

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs requis disposent d'un *