À qui appartiennent les données de l’Internet des Objets ?

Les appareils connectés de l’Internet des Objets (IoT) utilisent leurs capteurs pour collecter une quantité colossale de données, qui sont ensuite analysées et traitées avant d’avoir un effet dans le monde physique. Souvent, les informations sont partagées avec des services tiers, afin de les rendre exploitables. Ce qui a commencé comme données brutes est converti en résultats significatifs pour des bénéficiaires humains.

Dans le monde de la consommation, les détails ainsi recueillis sont spécifiques à leur environnement. On pourrait donc penser que les consommateurs sont propriétaires de ces informations. Cela est vrai en théorie. Mais, bien que de nombreuses sociétés respectent la propriété des droits du client, elles offrent également des incitations au droit de prendre et de traiter ces données.

En échange, l’utilisateur final peut obtenir de meilleurs services, une expérience personnalisée ou des réductions. Tout cela est convenu à l’avance, via un accord de Conditions Générales d’Utilisation (CGU) ou de Contrat de Licence d’Utilisateur Final (CLUF) sur lequel la plupart d’entre nous cliquent sans lire un seul mot. Cependant, ce document contient également les informations collectées auprès de ce qui vous entoure.

Dans de nombreux cas, les détails que vos objets connectés capturent ne parviennent pas directement au fournisseur, mais à un tiers qui les traite. Par exemple, si votre téléviseur prend en charge les commandes vocales, celles-ci parviennent probablement au partenaire du fournisseur. Cela est généralement mentionné dans un document de référence, accompagné de conditions de limitation de responsabilité.

Même si vos données contribuent à améliorer le service IoT, ce qui en découle ne vous appartient plus. Après avoir été mâché et intégré dans un ensemble plus large, cela devient de la matière que le fabricant peut utiliser pour optimiser les produits.

Selon le type d’informations collectées via un appareil IoT, les lois et réglementations en matière de confidentialité et protection des données forcent le fournisseur à les protéger. La législation n’étant pas une garantie contre les abus, la Commission fédérale du commerce des États-Unis conseille aux fabricants d’objets connectés de limiter le type de données collectées et leur période de stockage, et d’indiquer aux utilisateurs comment leurs informations seront utilisées.

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs requis disposent d'un *