Des utilisateurs de sonnette connectée avertis d’une visite imminente des policiers par des voisins

Un bulletin d’analyse technique du FBI a révélé un nouveau problème généré par les caméras de sonnettes de porte connectées. Dans ce cas, la caméra cause des problèmes aux forces de l’ordre.

Un trésor de documents totalisant 269 Go provenant de divers organismes d’application de la loi aux États-Unis a fuité en ligne. BlueLeaks est le nom de cette violation de données privées, et Anonymous semble en être responsable. Parmi les informations divulguées, il y a quelques documents du FBI détaillant comment une caméra de sonnette connectée a pu servir contre les intérêts des forces de l’ordre.

Peu de temps après la généralisation des sonnettes connectées avec caméra intégrée, la police a vu une occasion de les utiliser. Par exemple, Amazon a conclu des partenariats avec des centaines de services de police à travers les États-Unis, leur permettant sans mandat d’accéder en direct aux flux des utilisateurs.

L’un des documents décrit une situation dans laquelle des caméras ont repéré des agents du FBI avec mandat de perquisition avant d’atteindre la maison, permettant à un suspect de prévenir son voisin et propriétaire.

“Grâce au système de sonnette Wi-Fi, le sujet du mandat de perquisition a vu à distance l’activité à sa résidence depuis un autre endroit et a contacté son voisin au sujet de la présence du FBI là-bas”, explique le FBI, selon un rapport sur The Intercept.

«Le sujet a pu voir et entendre tout ce qui se passait dans sa résidence et surveiller secrètement les activités des forces de l’ordre pendant qu’elles étaient sur les lieux», indique également un autre document connexe.

Bien que les documents ne mentionnent pas la marque de la sonnette, cela importe peu. Amazon possède la plus grande part de marché des sonnettes intelligentes et ses partenariats avec les forces de l’ordre ont déjà placé l’entreprise dans la ligne de mire du Congrès.

Une des choses qui ressort également des documents est la référence à l’exposition des agents de la force publique.

«S’ils sont utilisés pendant l’exécution d’une recherche, les sujets potentiels pourraient être informés de la présence de policiers à proximité, et les agents fédéraux pourrait avoir leurs images capturées, présentant ainsi un risque pour leur sécurité présente et future», indique le document.

Cette situation les place brutalement face aux droits des utilisateurs. Selon un article du Washington Post de 2019, un porte-parole d’Amazon a déclaré que les policiers qui téléchargent une vidéo capturée par les caméras de sonnette Ring pourraient les garder indéfiniment et les partager librement. La preuve d’un délit ne serait pas nécessaire.

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs requis disposent d'un *