L'auteur d'attaques par déni de service contre EA, Sony et Steam condamné à 27 mois de prison

  Posted On   By Bitdefender Team   Actualités de la cybersécurité

 

Un pirate de 23 ans va avoir beaucoup de temps devant lui pour se demander s’il est amusant de lancer des attaques par déni de service contre des services en ligne, après avoir été condamné à la prison la semaine dernière.

Austin Thompson, alias DerpTrolling, a lancé une série d’attaques DDoS contre des grands groupes tels que Sony PlayStation Network, Electronic Arts, Riot Games, Nintendo, Quake Live, League of Legends, Steam et autres… apparemment “juste pour rire“.

Au plus fort de ses activités, à l’occasion de la période de Noël et du Nouvel An 2014, il a réussi à bombarder les services de jeux vidéo en générant tellement de trafic qu’ils ont été mis hors service.

 

 

Par l’intermédiaire du compte Twitter @DerpTrolling, Thompson s’est non seulement vanté du succès de ses attaques, mais a également donné un numéro de téléphone pour que ses abonnés lui suggèrent les prochains sites web à attaquer.

L’identité et l’adresse réelles de DerpTrolling dans l’Utah ont été découvertes par un de ses abonnés sur Twitter en janvier 2014, mais il a fallu attendre mi-2018 pour qu’Austin Thompson soit arrêté.

Thompson a plaidé coupable des attaques de déni de service en novembre 2018.

ZDNet a réussi cette semaine à mettre la main sur le document déterminant la peine encourue par Thompson, qui révèle qu’il commencera sa détention de 27 mois le 27 août et qu’il a été condamné à verser 95 000 dollars.

Lors de ses attaques DDoS contre les services de jeux vidéo en ligne, Thompson décrivait en plaisantant ses actions comme un moyen de «gâcher les vacances de tout le monde» et de «pousser les gens à passer du temps en famille».

Finalement, à cause de ses actions idiotes et destructrices, lui ne pourra pas passer beaucoup de temps avec sa famille ni partir en vacances pour quelque temps…

Les attaques DDoS qui encombrent les sites web et empêchent de les utiliser ne sont pas une plaisanterie. Ils ont un impact réel sur les personnes et les entreprises. Les auteurs d’attaques DDoS doivent apprendre que les autorités anti-cybercriminalité ne considèrent pas de tels actes comme une blague d’adolescent.