L’accès élargi aux informations personnelles soulève le problème de la confidentialité des appareils connectés

  Posted On   By Rémi Virlouvet   Actualités de la cybersécurité

Réseau d'objets connectés

 

64% des gens utilisent quotidiennement des objets connectés, en général pour accéder à des données personnelles importantes liées à leur santé ou leur foyer.

Dans le même temps, de nombreux utilisateurs sont peu conscients de la manière dont leurs données sont partagées à travers les réseaux et les appareils, soulignant des inquiétudes au niveau de la sécurité et de la confidentialité des données privées.

Alors que 40% des gens savent que leurs données sont partagées entre de multiples appareils connectés, 29% l’ignorent – selon une étude de la firme de recherche B2B Clutch.

Les appareils électroménagers sont les objets connectés les plus populaires

 

L’étude, conduite parmi 503 utilisateurs possédant au moins un appareil connecté, révèle que la plupart des gens ne pensent pas avoir besoin de leurs appareils connectés dans leur vie quotidienne, et qu’ils ne sont pas absolument convaincu de leur utilité. Les raisons incluent l’incompatibilité avec d’autres appareils, ou le manque de commodité (par exemple, les fours connectés qui nécessitent encore beaucoup d’intervention humaine).

En même temps, les répondants ont montrés un intérêt particulier pour l’électroménager connecté, avec 67% qui déclarent posséder un appareil tel qu’un thermostat Nest, une serrure connectée ou une smart TV. Néanmoins, les pirates visent de plus en plus souvent ces appareils pour commettre leurs méfaits – réseau zombie d’appareils connectés, exfiltration de données, espionnage (par babycams connectées), etc.

Les appareils électroménagers connectés sont aussi les objets connectés que les gens utilisent le plus, selon les chercheurs. 49% les utilisent plus que tout autre. Ces appareils permettent aux gens de créer des écosystèmes individuels d’objets connectés qu’ils peuvent contrôler à distance grâce à une application sur leur smartphone ou montre connectée. Cette connectivité à distance augmente la possibilité d’attaques malintentionnées, car les fabricants accélèrent la mise sur le marché de produits connectés sans passer par de véritables contrôles de sécurité.

Augmentation des problèmes de vie privée

 

Interrogés sur leurs habitudes d’utilisation, les gens ont répondu qu’ils utilisent les objets connectés pour « accéder à des informations importantes et les partager », comprenant des données de santé, alors que 39% citent « un accès facile à des informations importantes » comme avantage premier.

“Cependant, plus les gens dépendent de leurs appareils connectés pour accéder à leurs infos personnelles, plus ces informations sont ouvertes à des tiers extérieurs, comme des développeurs, des entreprises, et des publicitaires”, déclarent les chercheurs. “Avec l’accès élargi viennent les problématiques de vie privée et de violation de confidentialité, ce qui constitue l’un des plus sérieux inconvénients à l’utilisation d’un objet connecté”.

Une des explications est que les gens ne sont pas conscients de qui a accès à leurs données. Comme dit précédemment, 29% ne savent pas si leurs données personnelles sont partagées entre appareils connectés. Ce qui reste encourageant est que 40% le savent. Cependant, tous ne connaissent probablement pas la façon exacte dont ces données sont récupérées, gérés et sécurisées (ou pas) par des réglementations locales ou internationales.

“Quand les gens connectent des appareils entre eux, ils autorisent les transferts de données. Les applications ou fournisseurs d’accès sauvegardent alors ces données, ce que la plupart des gens semblent ignorer”, précise le rapport.

Seuls 31% des gens sont sûrs que leurs données ne sont pas partagées entre objets connectés, une perception qui d’après les experts reflètent bien un profond malentendu quant à la façon dont les entreprises récupèrent et gèrent les données clients.