La Russie utiliserait les réseaux sociaux pour influencer les élections européennes

  Posted On   By Bitdefender Team   Actualités de la cybersécurité

La Russie utiliserait les réseaux sociaux pour influencer les élections européennes

 

Un nouveau rapport a été publié, affirmant que des comptes russes malveillants répandaient de la désinformation sur les réseaux sociaux dans le but clair d’influencer les prochaines élections au Parlement européen.

Selon des recherches effectuées par SafeGuard Cyber, une société de protection des risques centrée sur les réseaux sociaux, des agents malveillants intensifieraient leurs efforts pour semer la discorde au sein de l’Union européenne avant les élections des députés européens.

Pointant du doigt la Russie, le rapport indique que des agents étatiques et non étatiques intensifient les campagnes de désinformation dirigées contre les États membres de l’UE afin de manipuler la perception du public et d’influencer les élections au Parlement européen qui se dérouleront à la fin du mois.

Pendant dix jours en mars, les chercheurs ont identifié 6 700 agents malveillants qui ont publié et amplifié suffisamment de contenu clivant pour atteindre plus de 241 millions d’utilisateurs, soit près de la moitié de la population de l’UE.

“Le rapport de SafeGuard Cyber ​​fournit également des preuves que la Russie est à l’origine de ces campagnes de désinformation découvertes en traquant des robots, des trolls et d’autres tiers manipulateurs, appelés “agents malveillants“, provoquant 52 signalements de risque dans son outil de détection des menaces basé sur l’apprentissage par intelligence artificielle (machine learning),” lit-on dans le communiqué de presse.

Cherchant à démontrer un lien entre ces campagnes et des événements réels, le rapport donne l’exemple d’un article progressiste publié par le président français Emmanuel Macron. Le lendemain de la publication par Macron de ce discours sur l’avenir de l’Europe, le nombre d’agents ayant tenté de discréditer le président français a augmenté de 79%, ont annoncé les chercheurs.

“Le rapport souligne les dangers de la désinformation en ligne“, a déclaré Sir Julian King, commissaire pour l’Union européenne de la sécurité, qui a dirigé les efforts pour lutter contre la désinformation.

«Les agents malveillants, qu’ils soient gouvernementaux ou non, n’hésiteront pas à utiliser Internet pour tenter d’influencer nos processus démocratiques et d’interférer avec eux. Nous avons beaucoup accompli au cours de la dernière année dans notre travail pour contrer cette menace. Mais il reste encore beaucoup à faire, y compris sur les grandes plateformes Internet: il est essentiel que nous assurions la sécurité de nos élections », a ajouté King.

En menant leurs recherches, les analystes ont classé les agents malveillants en diverses catégories : nuisibles, suspects, désinformateurs ou robots (bots). L’entreprise a publié un rapport similaire l’année dernière, montrant comment des robots – également exploités par la Russie – étaient utilisés pour manipuler des récits et gagner la confiance des utilisateurs grâce à l’ingénierie sociale (manipulation et usurpation). Le rapport de cette année témoigne de la persistance de telles tactiques.