Comment Deliveroo a effrayé ses clients en leur faisant croire qu'ils avaient été arnaqués

  Posted On   By Bitdefender Team   Actualités de la cybersécurité

 

La société de livraison de repas Deliveroo a pensé qu’il serait amusant de faire une blague de poisson d’avril à ses clients français. Après tout, qui ne trouverait pas qu’une entreprise montrant son côté humain en faisant sourire soit un soulagement bienvenu en cette période de pandémie ?

 

Hélas, ce que Deliveroo France a fait n’était pas drôle.

 

Ils ont envoyé un e-mail à des milliers de ses clients, affirmant qu’ils avaient commandé pour 466,40 € de pizzas.

 

 

Selon l’e-mail, les clients avaient commandé 38 pizzas aux anchois, avec 50 sachets de sauce épicée gratuits en guise de bonus de fidélité.

 

Bien entendu, ils n’avaient pas vraiment commandé autant de pizzas… (En vérité, il est difficile de croire que quiconque commanderait ne serait-ce qu’une pizza aux anchois)

 

Elies, client de Deliveroo, a déclaré «faillir avoir un AVC» après avoir reçu le faux e-mail de confirmation. Vous pouvez imaginer la panique que l’e-mail a pu susciter chez certains clients, car ils ont pu craindre que leurs comptes bancaires aient été débités pour une quantité astronomique de pizzas…

 

En fait, le poisson d’avril de Deliveroo présente des troublantes similitudes avec les escroqueries que nous voyons arriver chaque jour dans les boîtes de réception des utilisateurs, prétendant être des commandes coûteuses, qui incitent les destinataires paniqués à cliquer sur des liens de hameçonnage.

 

 

La différence est que les e-mails frauduleux qui prétendent concerner de faux achats Amazon et autres ne sont pas réellement envoyés par Amazon.

 

Comme le rapporte BBC News, de nombreux destinataires effrayés du courrier électronique de Deliveroo ont appelé leurs banques pour tenter de bloquer leur carte de paiement.

 

Un client en colère a posté sur Twitter que la fausse facture de Deliveroo était «une communication issue de cervelles de poulets».

 

D’autres ont déclaré avoir désinstallé l’application Deliveroo en réaction.

 

Le lendemain, à la suite de nombreuses plaintes, Deliveroo a publié des excuses reconnaissant que l’e-mail était «un poisson d’avril raté» et admettant que l’e-mail pouvait «induire en erreur et causer un stress inutile».

 

«Nous en sommes profondément navrés. D’autant que la sécurité de vos données est une priorité absolue, et qu’en aucun cas nous n’aurions dû vous conduire à penser, ne serait-ce que furtivement, que vos données avaient pu être compromises. Nous appliquons des procédures de sécurité strictes, pour que vos données soient toujours parfaitement protégées. Votre confiance est primordiale et nous espérons que vous accepterez nos excuses.»

 

Pour rester positif, on pourrait se dire qu’aucun des clients de Deliveroo n’a été victime d’une arnaque ou n’a perdu d’argent à la suite de la blague idiote de l’entreprise.

 

Mais si vos clients comprennent qu’ils ne peuvent même pas faire confiance aux e-mails que votre entreprise leur envoie légitimement, quelle chance ont-ils de les distinguer des escroqueries délibérément malveillantes qu’ils reçoivent si souvent ?