De plus en plus d’entreprises adoptent la biométrie, mais il reste encore des obstacles à franchir

  Posted On   By Bitdefender   Cybersécurité pour les entreprises

 

Pendant des années, la biométrie a été présentée comme étant une solution possible pour un contrôle plus efficace de l’accès aux systèmes et aux réseaux. Mais la technologie a souvent été jugée trop coûteuse et trop envahissante pour les utilisateurs. C’est pourquoi son adoption a été plus lente que prévue.

 

Il semble toutefois que le temps de la biométrie soit enfin arrivé. Des études récentes montrent en effet que la technologie biométrique, sous ses diverses formes, fait de plus en plus son entrée dans les stratégies de sécurité des entreprises.

 

Un récent rapport de la communauté informatique Spiceworks sur l’adoption et la sécurité de la technologie d’authentification biométrique sur le lieu de travail, a montré que 62% des entreprises utilisent déjà des technologies d’authentification biométrique. 24% de plus prévoient de l’utiliser au cours des deux prochaines années.

 

Lors de son étude, Spiceworks a sondé 492 professionnels de l’IT en Europe et en Amérique du Nord, au cours du mois de février 2018. Les répondants faisaient partie des millions de professionnels de la communauté Spiceworks et représentaient un échantillon d’entreprises de tailles et d’industries variées.

 

Les conclusions du rapport indiquent que, bien que la plupart des professionnels de l’IT pensent que l’authentification biométrique est plus sûre que les formes traditionnelles d’authentification telles que les mots de passe classiques, les numéros d’identification personnels et les questions de sécurité personnelles, seulement 10% des répondants pensent que la biométrie est suffisamment sûre pour être utilisée comme seule forme d’authentification.

 

Les scanners d’empreintes digitales et de visages sont les types d’authentification biométrique les plus couramment utilisés en entreprise. Les résultats de l’étude montrent que 57% des entreprises utilisent la technologie de numérisation des empreintes digitales, tandis que 14% ont déployé une technologie de reconnaissance faciale. D’autres méthodes biométriques ont des bases installées beaucoup plus petites. Par exemple, la reconnaissance de la géométrie de la main est utilisée par 5% des entreprises, la technologie de balayage de l’iris par 3%, la reconnaissance vocale par 2% et la reconnaissance des veines de la paume par 2%.

 

Un examen plus approfondi des types de scanners d’empreintes digitales que les entreprises utilisent montre que 34% des entreprises ont déployé Apple Touch ID. Viennent ensuite Lenovo Fingerprint Manager (13%) et les lecteurs d’empreintes digitales Samsung (13%). Moins nombreuses sont celles qui utilisent les scanners d’empreintes digitales de Microsoft et de Dell, tandis que 23% utilisent des scanners d’empreintes digitales d’autres fournisseurs.

 

En ce qui concerne les types spécifiques de technologies de reconnaissance du visage et de l’iris, les résultats montrent que 14% des entreprises utilisent Apple Face ID, 13% utilisent Microsoft face login via Windows Hello, et 7% utilisent Android Face Unlock.

 

Alors que 46% des entreprises utilisent l’authentification biométrique sur les smartphones, 25% l’utilisent pour authentifier les employés sur les ordinateurs portables et 22% sur les tablettes. De plus, 17% des entreprises utilisent la biométrie pour vérifier les systèmes de pointage des employés et 11% l’utilisent sur les serrures des portes de leurs salles serveurs. D’autres utilisations de la biométrie dans le milieu du travail sont les technologies d’authentification des employés sur des applications contenant des données sensibles, des technologies portables et des e-mails, selon le rapport.

 

Il est clair qu’il existe encore des obstacles à l’adoption de la biométrie. 67% des répondants citent le coût comme étant le principal obstacle à l’adoption de l’authentification biométrique. Parmi les autres principaux obstacles à l’adoption, on peut mentionner les problèmes de fiabilité (59%), les exigences de mise à niveau des systèmes (47%), le stockage et la gestion des données biométriques (42%). De plus, 42% pensent que la réticence des employés vis-à-vis de ces technologies est un obstacle à leur adoption. Cela pourrait être influencé par les préoccupations relatives à la protection de la vie privée et la résistance au changement, selon l’étude.

 

Même si la technologie d’authentification biométrique dans l’environnement de travail est déjà courante, de nombreux professionnels de l’IT ne font toujours pas confiance à cette technologie. Plus de la moitié d’entre eux estiment que les systèmes biométriques sont plus difficiles à pirater que les mots de passe traditionnels, mais pourtant, seulement 23% pensent que l’authentification biométrique remplacera les mots de passe traditionnels dans les deux à trois prochaines années.

 

La méfiance à l’égard des technologies biométriques est peut-être due à un manque de transparence de la part des fournisseurs en ce qui concerne les risques de sécurité, selon le rapport. 65% des professionnels de l’IT estiment qu’il n’y a pas assez de transparence sur les vulnérabilités découvertes dans les systèmes biométriques. 63% pensent qu’il n’y a pas assez de transparence en ce qui concerne la confidentialité des données biométriques recueillies par les fournisseurs. Près de 60% ont précisé qu’ils avaient besoin de plus d’informations sur l’endroit où les fournisseurs de technologie stockent les données biométriques.

 

De nombreux professionnels de l’informatique ne sont tout simplement pas convaincus que la biométrie peut replacer de façon sûre et fiable les habituels « nom d’utilisateur » et « mot de passe », note Peter Tsai, Senior Technology Analyst chez Spiceworks. À moins que les fournisseurs de technologie ne puissent régler les problèmes de sécurité et de protection de la vie privée associés à la biométrie, la technologie sera probablement utilisée à l’avenir qu’en parallèle des mots de passe traditionnels ou alors comme facteur d’authentification secondaire.