Pourquoi les entreprises choisissent-elles les infrastructures hybrides ?

publié par Bitdefender Enterprise France, le 06 juillet 2017

Les infrastructures hybrides, un mélange de services de cloud computing publics et de datacenters privés, sont devenus l'architecture majeure dans l'environnement des entreprises. La plupart des entreprises choisissent de virtualiser le hardware en le remplaçant par un software moins cher et plus polyvalent, comme le montre une enquête Bitdefender réalisée auprès de plus de 500 décideurs IT. Ces derniers affirment que les environnements hybrides permettent une plus grande flexibilité et des possibilités d'expansion, tout en augmentant la productivité et la sécurité.

 

La plupart des sondés américains placent la sécurité à la troisième position des arguments décisifs pour la migration vers le cloud (53%), dépassant de loin les Allemands (36%) et les Britanniques (37%). La rentabilité est l'une des trois principales raisons évoquées par les décideurs IT des entreprises au Royaume-Uni et en Allemagne.

Les entreprises américaines choisissent des infrastructures hybrides pour leur plus grande flexibilité et leur marge d'expansion (55%), leur augmentation de la productivité (54%), leur capacité supérieure de stockage (47%), et la réduire les coûts (46%).

 

Les entreprises qui ont grandement investi dans leurs propres datacenters sont les premières à adopter l'approche hybride. Un rapport publié par Bitdefender en décembre 2016 montre la plupart des entreprises ont connu des incidents de sécurité dans le cloud tels qu’un manque de visibilité (51%), l'absence de politiques (41%) et l'accès potentiel par des appareils non autorisés (34%). Gartner prévoit une utilisation plus répandue du cloud en hybride d'ici 2020, et souligne que les opérations purement hors cloud disparaîtront d'ici la fin de la décennie. La société de conseil estime que, d'ici 2019, les nouveaux investissements software de plus de 30 des 100 plus grands fournisseurs passeront de « cloud prioritaire » à « cloud uniquement ».

 

Le récent sondage de Bitdefender souligne que la moitié des décideurs informatiques aux États-Unis considèrent que le cloud est plus sécurisé que l'infrastructure locale, tandis que la majorité en Allemagne et au Royaume-Uni font confiance à leurs propres datacenters. Les infrastructures internes sont souvent favorisées pour permettre un contrôle plus important de l'entreprise qu'avec des solutions externes.

 

D'ici 2025, quelque 80% des datacenters d'entreprise disparaîtront alors que le cloud devient le principal déploiement pour les technologies informatique, selon les prévisions récentes. L'approche hybride du mélange du cloud et du datacenter est déjà devenue réalité. Selon le chercheur MarketsandMarkets, le marché des clouds hybrides augmente beaucoup plus rapidement que le marché informatique global et atteindra une croissance annuelle de 27% jusqu'en 2019. Le marché devrait dépasser 50 milliards de dollars cette année, le double des 25 milliards de dollars enregistrés en 2014. Les analystes s'attendent à ce que le marché du cloud hybride atteigne 85 milliards de dollars en 2019.

 

 

 

Méthodologie

Ce sondage, mené en octobre 2016 par iSense Solutions pour Bitdefender, comprenait 503 professionnels de l'achat de sécurité informatique d'entreprises avec plus de 1 000 PC aux États-Unis, au Royaume-Uni et en Allemagne. La moitié des répondants proviennent des États-Unis, alors que 153 sont originaires du Royaume-Uni et 100 d'Allemagne. Quelque 62% des entreprises étudiées aux États-Unis comptent plus de 3 000 employés, 14% ont entre 2 000 et 2999 et 24% entre 1 000 et 1 9999. Environ 44% des entreprises étudiées au Royaume-Uni comptent plus de 3 000 employés, 21% entre 2 000 et 2999 et 35% entre 1 000 et 1 9999. En Allemagne, près de la moitié des entreprises interrogées comptent plus de 3 000 employés, 6% entre 2 000 et 2,999 et 45% entre 1 000 et 1 9999

Bitdefender Enterprise France

Bitdefender est le spécialiste européen des solutions antimalware. Ses technologies proactives classées n°1 en détection et en prise de ressources par les organismes de tests indépendants protègent plus de 500 millions d’utilisateurs.