Actualités

Le cyberespionnage via les APT (menaces persistantes avancées) devient le pire cauchemar des entreprises

juin 2017


• Les coûts et les effets sur la réputation sont considérés comme les pires conséquences des APT • Pour les DSI français, leurs concurrents sont la principale source d’attaque de leurs entreprises • La plupart des entreprises disposent d'un plan de réponse aux incidents pour les menaces persistantes avancées, mais sous-estiment la complexité de telles attaques ciblées

En France, plus de deux tiers (71 %) des DSI estiment que leur entreprise pourrait « certainement » être la cible de campagnes de cyberespionnage utilisant des menaces persistantes avancées (Advanced Persistent Threats – APT) selon une récente *étude de Bitdefender, leader mondial des technologies de cybersécurité protégeant plus de 500 millions d’utilisateurs à travers le monde. Ces cyber-outils complexes sont conçus sur mesure pour attaquer des grandes entreprises ou organismes d’état, et collecter discrètement des données sensibles sur de longues périodes. 27 % des personnes interrogées considèrent que leur infrastructure informatique pourrait « éventuellement » être la cible d'actions de cyberespionnage de haut niveau visant à exfiltrer des informations de manière systématique.

 

Seule une petite minorité n'est pas préoccupée par les APT

 

L'année dernière, des entreprises de  grande envergure ont été confrontées à un nombre croissant d'incidents et de violations de sécurité, avec une augmentation significative des APT et des attaques ciblées visant aussi bien les entreprises que les entités gouvernementales (telles que APT-28 et, plus récemment, Netrepser). En fait, moins de 2% des DSI considèrent que les APT ne sont pas une menace réelle pour leur environnement de travail. Les inquiétudes sur la sécurité vont en se multipliant, et la question est de plus en plus souvent traitée par les conseils d'administration des entreprises. Les hauts responsables de services informatiques, tout comme les membres des conseils d'administration s'en préoccupent de plus en plus, non seulement parce qu'une violation de la sécurité peut leur coûter cher, mais aussi parce que le futur des entreprises est en jeu quand des données sensibles sont dérobées par des pirates informatiques.

Les risques ne sont pas toujours visibles, mais ils sont bien présents

 

Étonnamment, si 42% des DSI ont déclaré qu'il leur faudrait entre quelques semaines et un mois pour repérer une APT, 23% d’entre eux pensent qu'il leur faudrait entre deux mois et plus d’un an pour détecter les menaces modernes les plus sophistiquées. Preuve que de nombreux professionnels interrogés sont au courant et craignent ces menaces, mais qu’ils pensent ne pas être suffisamment bien protégés pour les détecter et les bloquer.

Selon Liviu Arsene, Analyste des e-menaces chez Bitdefender, « les cyberattaques peuvent passer inaperçues pendant des mois et, dans la plupart des cas, les violations proviennent de failles Zero-day ou de malwares s'attaquant au noyau du système. Ce sont précisément ces vulnérabilités que ciblent les APT, car elles leur évitent d'être détectées. Les exploits au niveau du noyau et les rootkits peuvent échapper aux solutions de sécurité traditionnelles pour endpoints et prendre le contrôle total du système d'exploitation. »

Les menaces persistantes les plus avancées ne se limitent pas aux attaques soutenues par des États : les entreprises peuvent également devenir les victimes de cybercriminels qui exploitent des vulnérabilités Zero-day pour diffuser des malwares extrêmement ciblés conçus pour les espionner et voler des éléments de propriété intellectuelle. L'enquête de Bitdefender confirme que les RSSI considèrent leurs concurrents comme les plus susceptibles d’attaquer leurs entreprises, dans le cadre d'un espionnage professionnel (66%), suivis des hackers (57%).Les cybercriminels soutenus par des Etats, les agences gouvernementales et les personnes en interne arrivent respectivement en 3ème, 4ème et 5ème position (51, 41 et 30%).