Ce qui se passe à Las Vegas ne reste pas toujours à Las Vegas

publié par Sabina Datcu, le 31 janvier 2011

Les sites pornographiques pourraient vous causer bien des problèmes.

Voici les résultats d’une étude portant sur le délicat sujet de la consultation de matériel pornographique en ligne ainsi que sur les problèmes de confidentialité et de sécurité des données associés.  

Nous profitons tous des avantages d’Internet et, pour beaucoup, il s’agit d’un outil indispensable pour travailler et communiquer. Si le temps passé sur Internet peut être extrêmement productif pour certains, pour d’autres, une utilisation compulsive d’Internet menace leur vie quotidienne, leur travail et les relations avec leurs proches.

Si vous êtes plus à l’aise avec vos amis virtuels qu’avec ceux de la « vie réelle », ou si vous ne parvenez pas à arrêter de jouer, de parier de l’argent ou de consulter des sites pornographiques, malgré l’impact négatif que cela a dans votre vie, alors, il est peut-être temps d’oublier Internet  pendant un petit moment.

La pornographie en ligne est une industrie qui brasse plusieurs milliards de dollars, les sites pour adultes faisant partie des catégories de pages les plus recherchées. En effet, une requête sur quatre effectuée sur les moteurs de recherche concerne la pornographie. [1]

Souhaitant en apprendre plus sur ce phénomène, j’ai entrepris de réaliser une étude sur la motivation des utilisateurs consultant des sites pour adultes et sur les problèmes de confidentialité et de diffusion de malwares liés à la consultation de ce type de sites.

Présentation de l’étude

L’étude aborde deux aspects principaux : le contexte psychologique de la consultation de contenu pour adultes en ligne et une recherche sur Internet pour identifier les malwares et les problèmes de confidentialité en résultant.

2017 personnes ont participé à cette étude. L’échantillon était hétérogène, les participants, provenant de 24 pays différents, étaient âgés de 18 à 65 ans avec un sex-ratio d’environ 1.1.

L’étude s’est intéressée aux habitudes des participants sur Internet et a répondu aux questions suivantes : les participants recherchent-ils des sites pour adultes, à quels types de sites accèdent-ils (gratuits ou payants), pourquoi, et ont-ils déjà été infectés par des malwares suite à la consultation de ce type de sites ? 

J’ai effectué parallèlement une recherche Internet sur les malwares ainsi que sur les sites et liens pornographiques : j’ai recherché la présence de malwares dans des URL de sites payants et gratuits affichées parmi les résultats de moteurs de recherche après avoir tapé des mots-clés tels que : « sexe », « porno », « sites pour adultes » etc. J’ai également parcouru des blogs et d’autres « plateformes collaboratives » afin de voir si les identifiants des utilisateurs possédant des comptes sur les sites pour adultes y figuraient.

 

Résultats

L’étude a généré les résultats attendus : 72% des participants ont déclaré avoir recherché et avoir accédé à des sites pour adultes, parmi lesquels se trouvaient 78% d’hommes et 22% de femmes. Pour ce qui est de l’âge, les plus grands consommateurs de pornographie sur Internet appartenaient à la tranche d’âges 35-45 ans (69%).

Le matériel pornographique consulté peut être divisé en 3 groupes principaux : le matériel envoyé par e-mail (31%), les vidéos pouvant être téléchargées à différents emplacements (torrents, sites web, hubs etc.) (91%) et les sites de contenu pour adultes en temps réel tels que les chats vidéos, les rencontres en ligne etc. (72%)

Parmi les sites pour adultes, 21% étaient payants et 97% gratuits. Les participants ont déclaré que leurs dépenses en matériel pornographique atteignaient entre 250 et 500 dollars américains par mois (valeurs moyennes).

Les personnes interrogées accèdent généralement à ces sites de chez elles (69%), de leur travail (25% des hommes, 13% des femmes), ou ailleurs (cybercafés, etc.) (6%) et leurs principales motivations sont le besoin de se détendre (54%) et la curiosité (38%).

Nous n’avons pas été surpris de constater que les sites pour adultes et, d’une manière générale, les sujets liés au sexe, avaient beaucoup de succès auprès des cybercriminels. Lorsqu’on leur a demandé s’ils avaient infecté leur ordinateur en recherchant ce type de contenu, 63% des participants à cette étude ont déclaré avoir rencontré des problèmes liés à des malwares plusieurs fois. Les sources de malwares étaient principalement des liens envoyés par e-mail et des vidéos à télécharger gratuitement.

D’un autre côté, la recherche sur Internet concernant la sécurité des URL pointant vers des sites pornographiques a révélé que, sur les 1000 liens testés, 29% étaient infectés par différents types de malwares, notamment par des chevaux de Troie et des spywares.

De plus, en parcourant des blogs et d’autres « plateformes collaboratives », j’ai découvert plus de 500 identifiants divulgués sur Internet (comptes et mots de passe de sites pour adultes).  La façon dont ils étaient présentés, associés à d’autres comptes et mots de passe du même utilisateur, laissait penser qu’ils avaient été obtenus via un logiciel malveillant installé sur l’ordinateur de la victime.

Conclusion :

À vous de voir si vous souhaitez consulter ou non des sites pour adultes. Soyez simplement conscients du fait que les cybercriminels exploitent des sujets suscitant de l’intérêt et que le sexe est probablement tout en haut de leur liste. Bon surf à tous ! 

Sabina Datcu

Doctorante, Sabina Datcu, est diplômée en informatique et en statistiques appliquées, en biologie et en langues étrangères.