Top 10 des pirates informatiques arrêtés en 2013

publié par Laboratoires Antivirus Bitdefender, le 14 janvier 2014

L’année 2013 a été fructueuse en matière d’arrestations de pirates informatiques. Les cyber-autorités ont ainsi inscrit à leur tableau de chasse les créateurs de Blackhole, de ransomwares, le pirate de Stratfor et même… un chat ! Retour sur 10 arrestations marquantes en 2013.

Parmi les génies informatiques, certains sont des pirates, il est courant de distinguer deux catégories de hackers. D’un côté, les « white hat » se servent de leurs connaissances en sécurité pour valider les attaques possible et proposer aux entreprises concernées de palier la sécurité de services Web incriminés, et de l’autre les « black hat » se tournent vers le piratage d‘entreprises plus ou moins grandes, vers diverses formes de fraude et autres activités illégales.

Voici 10 arrestations marquantes de hackers « black hat » qui ont marqué 2013.

1. Jeremy Hammond et l’attaque de Stratfor

Jeremy Hammond, 28 ans, est le pirate qui a attaqué Stratfor en 2012. Il a plaidé coupable lors de son procès en mai 2013 et écope de 10 ans de prison, suivis de 3 ans en liberté conditionnelle. Son arrestation ainsi que celle d’autres hacktivistes a été rendue possible après que le leader de Lulzec Hector Xavier Monsegur (« Sabu ») les ait dénoncés.

Jeremy Hammond et l’attaque de Stratfor

Source : Jim Newberry, FreeHammond.com

2. Dmitry Fedotov, créateur de Blackhole

En octobre, la police russe arrête le cerveau derrière Blackhole et Cool – deux kits d’exploits très populaires utilisés pour les cyber-attaques. Agé de 27 ans, Dmitry Fedotov, alias Paunch, avait des revenus estimés à près de 50 000 dollars mensuels (environ 36 000 euros) grâce à ses activités illégales.

Dmitry Fedotov, créateur de Blackhole

Source : Group-IB

3. Hamza Bendelladj, le hacker au sourire

En janvier, la police thailandaise arrête Hamza Bendelladj, un hacker algérien de 24 ans, que l’on soupçonne d’être derrière plusieurs botnets ZeuS. Le pirate est devenu célèbre, non seulement grâce à sa présence sur la liste des cyber-criminels les plus recherchés par le FBI, mais aussi pour son sourire sur les photos lors de son arrestation à Bangkok.

Hamza Bendelladj, le hacker au sourire

Source : SOMCHAI POOMLARD, Bangkokpost.com

4. Le « plus gros hack de l’histoire des Etats-Unis »

Au mois de juillet, quatre russes et un ukrainien ont été arrêté pour avoir infiltré des réseaux de grandes entreprises, dans ce qui est considéré comme « le plus gros hack de l’histoire des Etats-Unis ». Les cinq cyber-criminels risquent 30 ans de prison et des millions de dollars d’amende. Parmi leurs victimes on dénombre : le NASDAQ, les magasins 7-Eleven, JetBlue et Carrefour, qui annoncent pour certains des pertes de plus de 220 millions d’euros.

Trois des cinq pirates arrêtés

Source : novostiua.net

5. Olaf Kamphuis, Cyberbunker vs. Spamhaus

En avril 2013, la police espagnole arrête un néerlandais, soupçonné d’avoir attaqué Spamhaus dans la plus grande attaque DDoS de l’histoire. Sven Olaf Kamphuis, 35 ans, propriétaire et manager du service d’hébergement Internet Cyberbunker, a entrepris l’attaque DDoS en mars contre Spamhaus lorsque ce dernier a bloqué ses serveurs.

Photo de Sven Olaf Kamphuis sur sa page Facebook

6. Nikita Kuzmin et les autres créateurs de Gozi, un malware bancaire

Au début de l’année 2013, les Etats-Unis ont arrêté trois européens dont un russe, pour avoir écrit et distribué Gozi, un malware bancaire qui est parvenu à voler des dizaines de millions de dollars sur des comptes bancaires. Le malware a fait le tour de la planète et s’est retrouvé sur plus de 40 000 postes américains dont des systèmes de la NASA. Nikita Juzmin, en photo ci-dessous, risque 95 ans de prison.

Nikita Kuzmin et les autres créateurs de Gozi, un malware bancaire

Source : www.mdzol.com

7. Lauri Love et le hack du gouvernement

Lauri Love, un britannique de 28 ans, a été arrêté pour avoir pénétré les systèmes du gouvernement américain. Parmi ses autres victimes : la Défense américaine, la NASA et l’Agence de Protection Environnementale. Il est actuellement en liberté sous caution jusqu’en février 2014.

Lauri Love et le hack du gouvernement

Source : www.telegraph.co.uk

8. Le « chat hacker » du Japon

Les chats sont-ils de dangereux pirates informatiques ? Pas vraiment, et pourtant la police japonaise a arrêté un chat en 2013 qui portait autour du cou un collier contenant une carte mémoire porteuse d’un virus informatique. La traque a duré plusieurs mois, et au terme d’énigmes envoyées par e-mail, les policiers ont réussi à traquer le félin sur une île près de Tokyo. On ne sait toujours pas qui est à l’origine du virus… Mais le chat va bien.

Le « chat hacker » du Japon

9. Les « faux policiers »

La police espagnole a arrêté 10 personnes impliquées dans une campagne massive d’escroquerie menée avec un ransomware (logiciel qui crypte vos données et vous demande une rançon pour les récupérer). Se faisant passer pour la police et vous  infligeant une amende pour téléchargement illégal, pédopornographie ou tout autre prétexte, le ransomware s’est répandu dans le monde entier et a rapporté aux pirates près d’un million d’euros.

10. Les créateurs du trojan Carberp

Un avril, une équipe de 21 pirates informatiques a été arrêtée en Ukraine. Ces Hackers sont à l’origine de Carberp, un malware bancaire qu’ils vendaient à d’autres pirates pour 10 000 dollars (7350 euros), et qui leur a rapporté au total près de 200 millions d’euros.

Une goutte d’eau dans le cyber-océan

Les arrestations menées en 2013 par les cyber-autorités par les cyber-autorités pourraient augurer une meilleure sécurité du Web, malheureusement elles traduisent également un renforcement de la professionnalisation de cette activité illégale.

Interpol avait déjà noté cette tendance en 2012, estimant que la cyber-criminalité représentait un coût financier de 750 milliards d’euros rien qu’en Europe, soit plus que le trafic des principales drogues (cocaïne, marijuana et héroïne). Aux Etats-Unis, pour la même année, le FBI enregistrait des pertes de plus de 350 millions de dollars de la part des internautes victimes de cyber-attaques.

Compte tenu du nombre de cyber-criminels encore en activité et du business florissant du piratage, il ne fait aucun doute que les chiffres de l’année 2013 seront malheureusement encore beaucoup plus élevés.

Si vous ne deviez prendre qu’une seule résolution en 2014, assurez-vous qu’elle concerne votre vigilance sur Internet –  tenez-vous au courant de l’actualité en sécurité informatique et surfez protégé !

Laboratoires Antivirus Bitdefender

Nous protégeons vos ordinateurs, tablettes et smartphones. Parce que les menaces actuelles sont loin d’être virtuelles et sont de plus en plus virulentes, nous mettons toute notre expertise à votre service pour protéger vos informations.